Les tarifs de l’optique en ligne de mire du gouvernement.

loi_optique_300x300Les gros titres du domaine de l’optique lunetterie ont beaucoup de mal à évoluer malgré de nouveaux acteurs qui pratiquent des tarifs plus bas depuis quelques années maintenant.

Le problème de fond reste le même, des coûts moyens trop élevés, 316€ pour un équipement unifocal et 613€ pour des progressifs et toujours plus de 3 millions de Français qui renoncent à leurs soins optiques faute de moyen financier. Le gouvernement tente d’intervenir depuis de nombreuses années pour limiter ce chiffre, il a alors favorisé la vente en ligne notamment via la loi Hamon, mais les acteurs en ligne comme Malentille.com et Happyview.fr ont aujourd’hui des parts de marché encore limitées malgré une forte croissance du secteur. Ce secteur est par ailleurs déjà bien développé en Allemagne ou au Royaume Uni par exemple, dans ces pays l’activité en ligne est proche de 10% en termes de chiffre d’affaires.

Le nouvel observatoire pour le marché de l’optique

Afin d’accélérer la baisse des tarifs et d’améliorer l’accès aux soins, le gouvernement a mis en place très récemment un nouvel observatoire des prix et des prises en charge en optique, tant sur les lunettes de vue que sur les lentilles de contact. L’objectif de cet observatoire est de consulter avec des professionnels les tarifs pratiqués au cours de l’année, les caractéristiques des produits correspondants et leur prise en charge, ces éléments seront analysés et les conclusions seront transmises au ministère de la santé chaque année. Cela permettra d’avertir les dirigeants Français sur la situation du domaine et d’apporter des conseils sur les prises de décision, une démarche qui nous l’espérons sera vertueuse au bout de quelques années.

Notons que les experts remarquent des différences de tarifs très importantes entre les achats en ligne, en magasin et par secteur géographique notamment, seul exception, les produits d’entretien lentilles dont les tarifs sont relativement fixe d’un magasin à l’autre.

Et la TVA dans tout ça ?

La TVA a été le sujet de nombreux débats, aujourd’hui à 20% dans l’optique, les professionnels ainsi que certains organismes de remboursement ont défendu l’idée d’une baisse à 5.5% de TVA. Objectif : réduire les coûts et favoriser l’accès, une démarche louable qui n’a toutefois pas convaincu le gouvernement. Celui-ci ne projette pas de modifier les taux prochainement. En effet la perte du gouvernement s’élèverait à près de 760M€, une somme trop importante en sortie de crise. Notons toutefois que les appareils de basse vision entre autres, destinés aux malvoyants ou aux aveugles sont à un taux de 5.5%. Ces appareils représentent une très importantes nécessitée pour l’indépendance des personnes touchées, ce taux à donc été déterminé depuis de nombreuses années.